Cours Vin 101

Cours de vin 24: Les vins du Beaujolais

Facile d’approche, plaisant, rafraîchissant, souvent à excellent prix, les vins du Beaujolais ont clairement de grandes qualités.

C’est donc un peu dommage de les voir si souvent oubliés ou négligés par les winos québécois! On verra si ce petit cours tout simple te donnera le goût de leur redonner une p’tite chance – qui sait, ils retrouveront peut-être leur place à ta table plus vite que t’aurais imaginé!

Les vins du Beaujolais

beaujolais, cours vin beaujolais, chiroubles, régnié, moulin-à-vent-morgon, éducation vin, vin beaujo, beaujolais nouveau, beaujolais village, québec, montréal, joe raisin, 2017
La région du Beaujolais se reconnait souvent à ses moulins à vent… Qui ont d’ailleurs donné leur nom à un des crus de la région! Crédit photo: Karaian/Flickr

Le Beaujolais a un peu la mauvaise rep’ dans les cercles de vin. On entend souvent des somm-p’tit-doigt-en-l’air les basher allègrement à la volée en les traitant de vins dilués, voir même faire leur macho de bas étage en les qualifiant de “vins de fille” #becauseits1952.

Pourtant, la première chose à savoir, c’est que la région produit du stock bien varié, et que les généralisations à l’emporte-pièce sur le Beaujo sont à peu près aussi crédibles que le dude en cinéma au CÉGEP du Vieux qui dit qu’il “aime pas le cinéma d’Hollywood”… Tu vois le genre. Aussi, on remarquera l’hypocrisie de voir les cercles fancé célébrer le Beaujo « nature » tout en chialant contre les traditionnels… Comme ça si changeait du tout au tout! Bref, concentrons-nous à en apprendre un peu plus afin de casser les préjugés et s’éveiller à toute la beauté du Beaujolais.

1. Geographie

beaujolais, cours vin beaujolais, chiroubles, régnié, moulin-à-vent-morgon, éducation vin, vin beaujo, beaujolais nouveau, beaujolais village, québec, montréal, joe raisin, 2017
Une carte des vins du Beaujolais. Crédit photo: (c) Prestigedefrance.com

Comme tu peux le voir su’a map, la région est pas immense, mais assez densément planté en vigne. Pour te situer un peu, on est juuuuste au sud de la Bourgogne. On a donc un peu les mêmes conditions de terroir, mais un climat généralement plus chaud qui se rapproche plus du Mâcon (à l’extrémité sud de la Bourgogne, donc daaah) que de Chablis, mettons.

Tu trouves ça weird de voir le voisin de la Bourgogne faire autant rire de lui alors que la Bourg’ est élevée à titre de reine du vino? Ben t’es pas le seul, et il serait temps que ça change!

2. Cépages

beaujolais, cours vin beaujolais, chiroubles, régnié, moulin-à-vent-morgon, éducation vin, vin beaujo, beaujolais nouveau, beaujolais village, québec, montréal, joe raisin, 2017
Une petite grappe de Gamay Noir, cépage star du Beaujolais. Crédit photo: Mark Fusco/Flickr

(Encore une fois) comme en Bourgogne, on a ici une très forte tendance vers la cultivation monocépage, sauf qu’on est encore plus têtu et on focus principalement sur un cépage au lieu de deux: le Gamay. On parle ici d’un cousin du Pinot Noir, mais un peu moins fussé. Le Gamay fait du vin relativement léger et souvent très élégant, mais sans le p’tit oomph ballerinesque qui fait toute la classe du Pinot.

Bon, il y aussi un peu de Chardo, de Pinot Gris de l’Aligoté, du Pinot Noir et même du Pinot Gris qui se fait dans le Beaujolais et certains sont super beaux, mais ça reste une production un peu niche et rarement distribuée au Québec, et ce même en IP!

3. Style général du Beaujolais

Le Beaujolais, c’est un peu la super belle âme de la campagne qui se ramasse soudain en pleine ville. Elle est impressionnable, souvent influençable même, mais avec une élégance et une délicatesse venant d’un pureté toute simple et vraie. Bref, c’est une appellation qui donne souvent des vins simples, voire rustiques sur les bords, mais toujours avec une joie de vivre et une énergie contagieuse. Je suis pas toujours dans le mood pour du Beaujo, mais quand c’est bon, c’est bon en estifi pareil.

Au fait, le Beaujolais a pas tendance à faire du vin de garde, donc c’est à acheter et à glouglouter rapidement. C’est vrai partout sauf pour certains Crus du Beaujolais (voir plus bas) qui produisent des vins avec un meilleur potentiel de cellier. Reste que c’est clairement l’exception, hein!

4. Appellations

Passons maintenant au nerf de la guerre, à savoir les sous-appellations qui tout en te donnant mal à la tête te permettent d’avoir une petite idée de ce qu’il y a dans la bouteille, et de ce qu’elle risque de goûter.

4.1. Beaujolais nouveau

Commençons par le pire et pourtant le plus connu. L’appellation a un nom pas mal descriptif dans le fond: elle concerne du vin embouteillé et pitché sur le marché le plus vite possible. Pour te donner une idée de la vitesse, dis-toi qu’on passe des vendanges aux épiceries en 2 semaines jusqu’à 2 mois. C’est vite un ‘tit peu, hein?

Et qui dit vite dit souvent rushé, et ça se goûte. Certains des raisins n’ont même pas le temps de mûrir avant d’être cueillis tellement il faut faire le deadline du 3e jeudi de Novembre! C’est ce qui fait que le Beaujolais Nouveau goûte le gros fruit, mais sans avoir de corps ou de structure. Bref, c’est de l’alcool facile et pas cher, ça goûte le bubble gum et le jus framboise (sans joke) et – surtout – leur release simultanée est une tradition qui rassemble le monde pour un méchant party en Novembre… C’est juste un peu dommage que 25% de toute la production du Beaujolais y passe d’une shot…!

4.2. Beaujolais & Beaujolais Villages

Comme presque toutes les AOC françaises, ça prend une appellation générique. Comme en Bordeaux et en Bourgogne, l’AOC “Beaujolais” peut être stampee sur n’importe quel vin provenant de vignes de la région.

Quant à l’AOC Beaujolais Villages, c’est la même chose, mais avec des normes de productions plus strictes (genre rendement des vignes, taux d’alcool, etc.) qui mènent généralement à du meilleur vin (et à un prix plus élevé). C’est pas 100% immuable cependant et certains Beaujolais simples déclassent facilement des Beaujolais Villages, alors garde-toi un ‘tit grain de sel, alright

4.3. Crus du Beaujolais

Comme en Bourgogne, certains villages du Beaujolais ont la réputation de produire du “meilleur” vins que leurs voisins, ou juste du juice à l’identité propre. Pour refléter cette réalité, certains ont donc décidé d’aller chercher leur propre AOC afin de se séparer de la crowd (et vendre leurs vins plus chers, prestige oblige…!)

Avec le temps, 10 villages se sont mérité le titre de “cru” et la sous-appellation qui va avec. Ce qu’il y a de cool, c’est qu’ils ont (presque) tous développé un style unique qui les distingue les uns des autres de façon assez marquée pour valoir la peine de les explorer un peu!

Pour éviter de t’écrire un roman-fleuve, je te propose de te décrire très très (très) sommairement chacun des crus afin de te donner une petite idée du style. Pas le choix pour le reste, va falloir en goûter pour te faire une idée plus précise!

  • Régnié: Style sérieux et assez tannique pour un Beaujolais. Charpenté, mais soyeux, il fait souvent du bon vin de garde avec Morgon et Moulin-à-vent.
  • Fleurie: Le plus léger et doux des crus. Donne généralement du vin de dentelle élégant et pas compliqué.
  • Moulin-à-vent: Sérieux et assez tannique, avec une belle complexité, mais souvent moins de fun factor que ses voisins plus légers… du moins, en jeunesse!
  • Juliénas: Connu pour sa belle acidité et son fruit croquant, on parle généralement de vin concentré et très plaisant.
  • Morgon: On est ici dans le Beaujolais plus sérieux, plus droit, et qui fait dans les meilleurs vins de garde. Pour ceux qui aiment moins le Beaujolais, bref!
  • Brouilly: Simple, fruité et agréable, mais rarement avec une grande complexité, c’est un des crus les plus “commerciaux” et donc un peu moins réputés chez les connaisseurs… Reste qu’il se fait du bon Brouilly quand même!
  • Chénas: Assez rond, avec une belle texturre. Donne généralement des vins soyeux, mais charpentés tout de même.
  • Côte-de-Brouilly: plus tanniques et riches que les Brouilly simples, souvent avec un petit côté épicé et un caractère plus intense et concentré que la moyenne.
  • Chiroubles: Très aromatique, mais avec une acidité vive. Beau fruit croquant et simple. Se boit super bien en apéro.
  • Saint-Amour: Moins typé que les autres crus, il fait autant dans le vin simple et joyeux que dans les trucs plus sérieux. Belle fraîcheur toujours et généralement plus sur le fruit/kirsch que les fleurs.

Conclusion

All right, ça fait pas mal le tour! Comme tu peux le voir, le Beaujolais donne quand même des trucs super variés et il faut idéalement éviter de le mettre automatiquement dans la catégorie “p’tit vin fruité trop léger pour la table,” quoique ça soit pas toujours faux non plus!

Je te réserve quelque chose de pas mal cool pour la chronique Suggestion dans le Beaujolais, d’ailleurs… Repasse sur le site dans quelques jours pour voir ça si t’es curieux! En attendant, cheers!

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Veux-tu devenir un(e) boss des accords met-vin?

Inscris-toi à mon infolettre et reçois une copie 100% gratuite de mon dernier eBook "Les 10 commandements des boss en accord met-vin"!

Good! T'es à la bonne place!

Laisse-moi tes coordonnées ci-dessous et je t'enverrai directement une copie 100% gratuite de mon livre - j'suis fin de même! 

Yaaaas! Ton e-Book est en route!

C'est en route! 

Va voir tes courriels!