Cours Vin 101

Cours de vin 17: Vin bio, biodynamique et nature

16 Shares

S’il y a bien une chose qui divise le monde du vin en ce moment, c’est clairement les nouvelles approches de cultures vinicoles.

Et c’est pas compliqué de comprendre pourquoi! Comme la politique et la conscience sociale ont maintenant révolutionné notre façon de consommer, il ne suffit maintenant plus que quelque chose goûte juste bon – il faut en plus que ça soit produit d’une façon qui fit avec nous valeurs. C’est ben beau tout ça, mais encore faut-il savoir à quoi ces jolies dénominations de productions réfèrent, hein… Voyons voir.

Les différentes dénominations de production

vin biologique vin bio dynamique vin nature vin sans souffre vin écologique joe raisin montréal québec blog vin québec canada
Parfois il est difficile de s’y retrouver… Parfois c’est plus simple.

Vous l’avez surement remarqué, plusieurs vins maintenant disponibles à la SAQ sont super fiers de portés des sitckers ou les mots vin bio, vin biodynamique ou vin nature sont écrits en grosse lettre. Certains n’y verront qu’un play marketing visant à attirer les foules millénales (et ils n’auront pas complètement tort!) mais il reste que ces trois mots réfèrent à des méthodes de productions bien différentes qui méritent qu’on s’y attarde quelques secondes.

Je vous dis ça, mais il est important de garder en tête que ces différents termes ne sont pas toujours définis de la même façon dépendamment du pays dont on parle… Un vin croate marqué vin bio ou vin biodynamique ne sera donc peut-être pas fait de la même façon qu’un vin québécois portant le sigle vin bio-d. Bref, c’est un peu un hot mess, mais j’pense que ça vaut quand même la peine de vous donner une petite idée afin d’aiguiser vos repères.

1. Les vins bio ou biologiques

vin bio vin biologique joe raisin blog vin montréal québec saq
Heureusement, c’est rarement aussi clairement le cas pour le vin!

Commençons par le début avec la catégorie la plus simple. Comme pour les tomates, les bananes et toutes les autres patentes bio, on parle avant tout d’un élevage sans pesticide et/ou bébelles chimiques ajoutés. Tu comprendras qu’on parle d’abord et avant tout d’agriculture – et donc du travail des vignes et des raisins – plutôt que de ce qui se passe après les vendanges.

L’idée est quand même belle: on favorise la meilleure croissance possible des raisins afin de s’assurer d’un bon niveau de qualité, et on évite toute « correction » chimique. Certains diront que ça donne des vins plus expressifs parce que le terroir s’exprime plus librement ou plus clairement, et ça sera difficile de chialer contre ça dans les meilleures régions. Cependant, si tu prends un vin qui vient d’une région ou les conditions sont – mettons – trop humides et/ou les parasites sont communs, ben les chances sont que ton vino va être plus sujet à de grosses variations de qualité selon le millésime, et que ta qualité générale sera peut-être pas 100% top tout le temps. Bref, le fait que l’approche bio rende les producteurs plus vulnérables aux aléas de la nature fait que le vin bio sera généralement un ‘tit peu plus cher. Il reste que plus le terroir sera « safe », moins la différence de prix se fera sentir – et plus le vino aura tendance à être bon!

2. Les vins biodynamiques

Witch GIFs - Find & Share on GIPHY

Tu te demandes peut-être pourquoi j’ai opté pour un GIF de Bette Midler dans l’éternel classique Hocus Pocus (un must pour l’Halloween, btw), mais je te garantit que tu comprendras d’ici la fin de cette rubrique. D’abord, il faut que tu saches que les catégories que je te présente ici sont additives, et donc qu’un vin biodynamique respecte généralement toutes les exigences de la dénomination bio en plus d’en acheter des nouvelles. Qu’est-ce qu’on ajoute, alors? En gros, les mixtures spéciales et autres règles un peu ésotériques mises au point par le gourou du bioDee: le philosophe culturel du début du XXe siècle Rudolf Steiner.

vin biodynamique joe raisin vin bio saq montréal québec biodynamic winemaking
Le bonhomme en question. Source: Wikipedia

En gros, ce bonhomme-là a développé une méthode d’agriculture qui maximiserait la productivité du sol en traitant la faune, la flore et le cosmos comme un seul « système » devant être abordé de la façon la plus pure et respectueuse possible. L’agriculture biodynamique implique plein de trucs typiques à la culture bio – genre l’utilisation du fumier et l’introduction d’insectes et/ou autres organismes en remplacement des pesticides – mais rajoute aussi toute une couche de weird en se fondant sur les cycles lunaires et les rythmes planétaires…

Plus particulièrement, la biodynamie de notre bro Steiner (qui a d’ailleurs l’air si sympathique, non?) implique ici un bon nombre d’incantations pseudo-magiques sorties directement d’un mauvais film d’horreur, genre enterrer un quartz caché dans une corne de vache dans le sol afin d’aider les « forces cosmiques du sol »…

Certains vignerons trouvent cependant que tout ça fait plein de sens – même si plusieurs décident aussi d’en prendre et d’en laisser. Tu trouveras donc une bonne gang de vins biodynamiques sur les tablettes, donc plusieurs sont très bons. Je te promets que ça ne goûte pas toujours la potion magique de vieille sorcière boutonneuse, loin de là!

3. Les vins nature

Ryan Howard GIFs - Find & Share on GIPHY

Aaaah les vins natures. Si t’es allé dans un bar à vin du plateau dans les 3 dernières années, tes chances de n’avoir jamais entendu le terme sont aussi à peu près aussi faibles que de ne jamais avoir vu de nid-de-poule dans notre charmante métropole. Pour faire simple, un vin dit « nature » s’intéresse non seulement à ce qui se fait dans le vignoble, mais aussi à ce qui arrive une fois le raisin récolté et prêt à être transformé en party juice.

Les vins nature – au sens puriste du terme, en tout cas – se distinguent donc par le fait qu’ils n’autorisent aucun additif « extrinsèque » dans le vin. Ce que ça veut dire? Généralement, ça veut dire minimiser sinon complètement arrêter l’ajout de sulfites/souffre (quoique pas toujours – à la discrétion du vigneron) pour stabiliser le vin et/ou en contrôler la fermentation, et ne pas ajouter aucune levure dite « exogène » avant la fermentation. C’est l’approche la plus hardcore, et souvent celle qui fait le plus penser à une secte philosophie militante. L’idée est certainement belle: maximiser l’expression du terroir en réduisant le facteur humain au strict minimum (genre effouerer le raisin, le mettre dans des cuves de fermentation et that’s it.) Quoique je trouve l’approche elle-même plutôt noble et intéressante en soi, j’ai un peu de difficulté avec le preaching à outrance et surtout avec le caractère un peu messianique de la patente… On en rejase dans un article coup de gueule dans les prochaines semaines si ça t’intéresse!

Avant de terminer, il faut évidemment saluer la belle philosophie qui anime tout ça. Non seulement les producteurs de vin bio, biodynamique et nature veulent-ils faire le meilleur vin possible, ils veulent aussi le faire en symbiose totale avec la nature et en minimisant le plus possible les conséquences environnementales de leur travail. Pour moi, n’importe qui agit activement afin de réaliser ses convictions mérite mon respect – et ce peu importe si j’aime son vin ou non. Je lève donc mon verre à tous ceux qui ont décidé de fight the good fight en optant pour une de ces techniques. Cheers!

16 Shares

Leave a Comment

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Es-tu du genre VIP?

Ça tombe bien, tu peux le devenir! En t'inscrivant à mon infolettre, tu recevras des invitations exclusive à des événements, webinaires et cours de vin, en plus de profiter de plein de contenu exclusif accessible en priorité! C'est un must!